droit dans le mur

Il y aurait beaucoup à dire à propos des projets dispendieux imposés sans véritable concertation publique , sans dialogue préalable. ils ne sont que des projets visant à dorer le blason ou l’étiquette des élus, et asseoir les puissants dans leurs puissances d’argent et de domination , sur des masses qu’on mène en bateau vers des drames à répétition . C’est lamentable d’aveuglement , et de désolation , que ce soit à l’échelle locale et de proche en proche à l’échelle de la terre et de la nature. On gaspille les énergies, les ressources , en sable , en terres fertiles, en arbres, etc. et en espoir. Cela , c’est clairement le mur contre lequel l’humanité se heurte dans une dysharmonie croissante qui fait illusion, et anesthésie les consciences , ainsi que les moyens de réagir .

Publicités

Un monde en codex

Voui, c’est comme une camisole. Tu es libre sur le papier. Mais tu ne dois pas sortir des clous. Ni exprimer trop ni faire de vague, qui font grincer des dents, et détester. Ou inquiéter.

En fait, le monde n’aime pas. Le monde est une entité sans amour. Non, il y a de l’amour, mais en cercles, en quantité restreinte, entre connaissances. Pas dans le monde mondain, où se joue plus du cinéma que de la vie véritable, où se trame un scénario caché de personnes.

C’est « normal », l’anormal ne peut être accepté dans le jeu du monde, c’est obscène pour lui, se trouvant nu face à la nudité de la personne qui s’expose crument dans sa vérité, ses erreurs, ou sa folie.

Ce qui fait que la voie n’est possible que pour le mensonge, ou les forces violentes, tapies dans l’obscur des intentions sourdes. Où à la longue, avec ces atavismes, les conditionnements donnent l’illusion de la vie, nul n’ose se dire en vérité, face à soi, « on » demeure dans son propre mensonge rassurant sa bonne conscience et se lave -t-on les mains face aux vérités qui dérangent l’ordre qui tient le monde.

Alors, pour continuer dans cette voie sans se faire mal, le monde « médite » ou fait méditer les enfants, tout comme on fait faire carnaval aux enfants, sans s’impliquer dans l’action, le monde va effectuer des prières collectives en implorant les dieux ou forces divines d’agir à leur place, ce qui est la source de toutes ces religions de masse, et de spectacle spectaculaire envoutant comme ces grandes messes sportives ou idolâtres. Individu qui se laisse dépouiller de soi, de son chemin, épines et roses.

Comment voulez vous que dans ces conditions l’Amour s’exprime ? Amour conçu comme émanation divine.

C’est selon ces mots que le monde n’aime pas. L’amour est enterré si je puis dire. Comment un monde sans amour communiquant pourrait-il survivre ?

Mais bon, comprenez qu’il n’est la propriété de personne. Que les œuvres d’art en sont ses plus beaux témoignages, comme des aiguilles nous réveillent et nous questionnent, comme des chants d’amour nous incitent à aimer sans compter.

grain de sable dans la mécanique desprit

Tenez, en ce moment , dans la charmante ville de Chinon, se joue un drame … comique, tragique allez savoir . Symptomatique des relations entre citoyens, populations, élus, associations. Enjeux financiers, enjeux de travail et de commerce. Cela pourrait se résumer sous le titre  » chacun garde son masque » . Je ne vois pas trop comment un groupement peut faire société si c’est une société de loups, on aura toujours des gens perdants, et des gagnants. Truffé de mensonges et de non-dits, d’intérêts divergents et de coups fourrés, ainsi que d’intentions louables de parts et d’autres, il semble donc difficile d’arriver à un accord. Ce qui fait que les autorité veulent trancher dans le sens qui leur parait favorable. Et c’est toujours ainsi, partout, schématiquement, les populations étant écartées de toutes décisions. Ce n’est pas tout à fait faire société. Ce serait plutôt s’appuyer sur une collectivité soumise et endormie, mais où les réveils sont un peu brutaux. D’ailleurs, c’est ce qui se passe dans toutes les villes moyennes, dans ces enjeux liés à la consommation, et au prix des choses.

Quand on écoute les informations on ne peut qu’être sidéré. Le prix du porc, se jouant à 0,05 ( 5 cents) au Kilo …. autant dire rien.

Bientôt il se jouera en milliardième d’euro ?

Chemin de vie

Chemin tout court qui contient toutes nos vies et n’abandonne rien.

Initiateur donc, de tout ce que nous avons à vivre et éprouver, tant bien que mal, mais non pas pour perdre nos plumes, nos ailes.

Que serions-nous si nous ignorions le bas et ne connaissions que le haut ? De haut en bas cela fait des secousses, des tremblements, mais aussi si nous prenons notre envol, quelle joie de se sentir délivré.

beati mortui qui in domino moriuntur ?

Voyez, cela peut prêter à confusion. Certains hommes sont prêts à mourir pour cela. Pour autant auront-ils vécu ? On dira ce qu’on voudra, si la vie n’est pas devant nous, si elle n’est pas suscitée en nous, ce n’est pas la mort qui pourra nous la rendre. Certes, nous pouvons rendre notre vie à Dieu, qui nous la prendra. Mais est-ce ainsi que vivent les hommes en vérité, et en acte ? dit autrement faisons-nous vraiment vivre dieu ? et que peut bien signifier « faire vivre dieu » si nous ne le vivons pas ? Et si nous vivons en vérité, n’est ce pas cela qui nous prouve dieu ? sans que nul autre ne puisse valider ou invalider .
Comment donc savoir si nous vivons en vérité ? bref, heureux celui qui vit en vérité . Sans doute , celui-là retrouve son nom parmi tous les noms.

voilé . qui voile peut révéler.

Le plus dingue

C’est qu’il n’y a pas d’erreur possible, nulle part, jamais. L’erreur serait de le croire, de croire que nous avons le droit de répéter nos erreurs, ou d’en faire notre vérité. Nous serions dans ce cas précis réduits à rien, donc sans possibilité d’errer dans notre erreur, source de toutes terreurs.

Soyons logiques. On sait quand on se trompe sans aucun doute permis. On ne trompe que soi si on croit tromper le monde. On connait le résultat. Il y a un manque, une incomplétude, ça ne colle pas. 6 n’est pas 8. On aura beau rajouter des paramètres, des variables cosmologiques, c’est pour flouter le paysage, et faire illusion.

C’est comme un Amour… serait-il erroné ? ou relatif ?

On dit : « tout est relatif ». Cela sert à rassurer nos doutes, nos craintes, apaiser nos tourments, la faute qu’on sait avoir commis.

Mais si Tout est relatif, alors tout, l’absolu est relatif. Et le relatif est absolu. Donc l’erreur est permise. Puisque qu’elle est relative. Elle est par conséquent aussi vraie que la vérité.

Un absolu relatif, c’est comme si Tout n’était que mouvement. que rien ne demeure, que seul rien demeure.

Mais l’erreur est juste, aussi, absolument juste parce que relativement juste.

Regardes, tu demeures dans l’erreur. Cela te rends dingue, souffrant, malheureux. Tu persistes dans des chimères et des œuvres sinistres comme un loup hurlant à la mort, parce que tu sais que rien ne demeure dans l’erreur.

L’erreur nous conduit à la mort sans erreur possible.

écrire cela c’est un lourd erreur…

Il faut croire, et même pire, être sûr et certain que l’erreur est inhumaine.

Et penser ou imaginer que la vérité est surhumaine.

Ainsi nous pouvons nous tronper  tromber  tronqer  égarer dans nos dessins. Ouf, c’est dingue.