Des gens

Des gens d’un bourg, des ruraux âgés que les temps ont marqués, boitent, cheminent avec peine, sourient de sourires pâles, comme s’ils étaient désarçonnés par les circonstances,  usés par les travaux, les charges lourdes du quotidien, par les plaisirs faux des nourritures frelatées, par les excès et par les privations, sont comme des flammes qui vacillent sous la pluie et le vent, des gens qui n’ont eu d’aides qu’en eux-mêmes et furent serviteurs du monde, peuples usés, trempés jusqu’aux os de leurs rhumatisme, de la lente désagrégation de leur corps, qui s’est plié comme des vieux arbres. Oh, non, ce ne sont pas des anges non plus, ils n’ont guère été si bons que cela, ils ont leur part de repli, de frilosité, de rancœur et de ressentiment, d’envie et de haine, de petitesse peut-être de bassesse, mais là, il me semble que nous ne pouvons porter aucun jugement. Ce sont nos indiens.

Publicités

2 réflexions sur “Des gens

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s