hé bin, quelle bête …

l’homme c’est l’eau
la femme est la flamme qui allume l’eau , ranime l’homme l’être dissolu sans solution .
mais en miroir existentiel l’homme est feu , feu dieu , mot mort. tout bête . surtout s’il demeure au fond. s’il ne veut que corps . il se consume et tombe en cendre.
( voilà l’ironie de notre vie, de notre chute ou existence ici bas , ici où tout nous dit d’abandonner l’espoir )
Possible malgré tout qu’il suffit de garder le feu , dans le temple , le sacré .

Entre parenthèses, sur cette planète pas nette, pourquoi donc nous y sommes venus ? nous écorchant dans des buissons d’épines, espérant dans la rosée du matin.

Puis nous sommes débordés par notre nombre, dans des conditions limites, où nous ne laissons plus de place pour la vie simple, l’habitant sous la tente, la hutte, et la marche à pieds, la cueillette, et l’écoute tranquille et magique des oiseaux, de toute les mélodies et farces qu’ils nous chantent.

Oui, le nombre, quelle bêtise .

Par contre, le Nom … non .

 

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s