quelle lessive

la Pub

 

Avant les gens allaient à la messe et pouvaient ainsi contribuer à la puissance de leurs seigneurs ou papes, à la force militaire, ou financière. Une machinerie bien huilée, les crânes étant soumis, parfois rebelles. Mais les hommes finissent toujours par se rendre quand il s’agit de survie.

Ceux qui détiennent les magots ne sont pas des tendres. Fils de salauds, fils de putes ayant galéré pour accéder en haut du pavé, ils ne sont pas près de lâcher le morceau, les coulisses des pouvoirs, les ors des palais, ou les sièges des assemblées, des médias, des vitrines ou des hautes tours de cette histoire de France, du sang qu’il ont fait coulé et bien souvent le leur également.

Ce sont des diables, bien sûr, ces loups féroces et impitoyables, propriétaires des hôtels, des demeures, des rues, et des sites internet, des agences de communication.

Mais pour faire quoi de Nous ?

Nous imposer ces nourritures trafiquées, faites d’organismes génétiquement modifiées pour répondre à la chimie des sols morts, et à la dimension des propriétés impossibles à cultiver de façon strictement naturelle. Cultures industrielles donc avec des apparences de bio.

Mais où il n’y a plus d’humain. Plus de proximité. Où tout n’est qu’industrie. Pour devenir du carburant vert, soit-disant écologique, ou des nourritures pour cochon. Pour les masses ensuite.

Tout le monde y perdant sa liberté, c’est obligé.

Pourquoi avant, dans une certaine mesure, nous pouvions par certains aspects avoir une autonomie, des lieux de résistance ? Désormais tout semble sous contrôle.

Est-ce lié aux réseaux sociaux qui trahissent nos pensées ? alors celles-ci sont devancées par ces ingénieries savantes et calculatrices.

Le pouvoir politique n’étant qu’une petite parcelle infime du pouvoir sur les esprits, les corps et les comportements.

Côté génie, ils sont diaboliques. Tiens cela me rappelle Brasil,  le film : le jeunisme, le formatage par l’ordinateur, l’inquisition etc.

Alors, avant tout, retrouver une nourriture locale, saine, et savoir qui et comment sont produits ce qu’on consomme. et même ces vêtements, laines, lins, soies, chanvres, orties tissées.

et sa maison, ses matériaux, bois, pierres, vitraux .

Tout est là, toute est possible sans les excès des marchands, sans les abus des très gros parasites, qui ne sont guère nombreux , mais nuisent.

Et puis, on se nourrit bien aussi et surtout de ce qu’on dit, des actes et des paroles qui sont des actes.

Alors, tout comme en bio, il y a du boulot.

 

hé !

 

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s