allo gène

l’art de ne pas être là où nous sommes censés être , être absent du lieu où se trouve notre corps, nos odeurs, nos humeurs pour les renvoyer dans un non lieu ou dans la fuite du lieu. parce que tout lieu est intense, on tente d’en évader. tout lieu pèse et est terriblement profond comme l’âme. le lieu nous renvoie à ses surdimensions, hauteur et profondeur, passé et futur, altérité, dissolution.
à part ça je ne vois pas d’ubiquité mais bien une sorte de schizophrénie maladive, excepté pour appeler les pompiers ou un rendez vous chez le dentiste. 😉

le plus incroyable ça reste le je dans le jeu , le je étant insupportable, on essaie de le fuir, il nous oblige tellement ?

 

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s