Elle – pour ne pas dire, mon pays, ma terre, ma mer, mon île, mon abîme.

Pourquoi, comment en sommes-nous arrivés là, si nous pouvons toutefois affirmer que nous sommes arrivés quelque part ?
Nous serions plus dans cet état d’un moribond qui ne sait plus très bien où aller et erre lamentablement quelque part entre ciel et terre, entre la vie et mort, dansant parfois sur un pied et parfois sur l’autre, faute d’avoir su ou voulu savoir de quoi sa vie ou sa mort se composent.

Mais alors, à qui la faute si nous ignorons ? Pourtant, si je me souviens bien ils n’ont pas manqué ceux qui nous ont appris, enseigné et soutenu, guéri même, afin que cet amas existentiel nous nous y retrouvions un peu, un peu par nous-mêmes.

Au lieu de passer notre temps à rejeter nos angoisses et nos manques sur autrui, au lieu aussi de demander toujours plus aux plus petits de nous soutenir et faire ce que nous pourrions, en prenant plus que ce dont nous avons besoin, en nous mettant en avant pour que le monde nous idolatre ou quelque chose de cet ordre stupide ou diabolique.

De tout ce mal naît bien sûr une espèce de haine sourde, ce mal, ce manque d’apaisement et de lumières, ces frustrations ou quoi d’autre encore qui font que le fil de nos vies communes se perd et se dissout, dans l’oubli ?

On peut surement être athée, dès lors qu’on n’aperçoit pas de lueur au bout du tunnel existentiel, c’est comme si nous avions que nous pour accomplir ce pourquoi nous sommes.

Difficile de dire que nous serions ici pour nulle raison, nous y perdrions aussi notre propre raison. Impossible aussi d’imposer une seule raison à quelqu’un, pas plus que d’imposer sa croyance.

Mais alors dans tous les cas que pouvons-nous faire ?

On peut toujours essayer de dire juste.

Par exemple, le trépas n’est pas le tréfonds, au tréfonds on en meurt. Au trépas on ne meurt pas surement, puisqu’il s’agit de passer, de se délivrer.

La seule chose qui est vraiment bonne au fond, en fin de compte, c’est quand le Père vient dans sa lumière blanche ici bas.

Il vient, savez-vous par qui ? Ce ne peut-être que par Elle.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s