Aimer, oui, mais comment aimons-nous ?

Aimer plus que de raison, aimer à la folie n’est pas raisonnable. Non, aimer tout simplement, c’est tout ce qui devrait être, aimer sans éprouver le moindre regret, sans part d’ombre, sans mensonge, en laissant toutes nos ombres où elles sont. Tiens, aimer vraiment, c’est prendre de l’aimé-e tout ce qu’il/elle est jusqu’au bout. Vivre tout en commun. Quand il n’y a plus de sujet de séparation. Mais quand tout nous unit. Comprenez qu’à partir de ce moment là, Tout devient aimable et bon. Il n’y a plus de malheur. Il n’y a que la vie soutenue par Amour.

Sans doute sommes-nous loin de cela ? Si nous nous penchons sur l’existence et le monde dans sa démence, sa folie destructrice inconsciente, ses trafics aériens, maritimes, transports, usines, industries qui ne cessent de pomper le sang de la terre et engendrent des déserts, cela signifie que nous comblons le vide, le manque d’amour criant par des conquêtes stériles, des puissances absurdes, des fortunes rendant pauvres, des fortunes assassines. Mais cette absurdité est signifiante.

Bref, nous ne pouvons ou ne devrions pas pouvoir passer à côté de notre vie. Nous devrions aimer avec passion. Y a-t-il une école qui enseigne cela ? Ou pour le moins qui nous éveille à cet Amour Là ? Si cette condition était remplie, il ne nous manquerait rien. Nous serions source d’amour, comme le soleil. Lui qui n’est jamais excessif même quand il inonde la terre de ses rayons.

Vous rendez-vous compte que notre existence sur terre tient au millimètre près ? Impeccable. Comme doit être notre amour.

C’est fou, tout ceci. Nous sommes venus ici, nous rencontrons des hommes et des femmes, nous sommes dans cette impression du relatif, aveugle, et sans mémoire, pris dans ce contexte mais rien ne se fit au hasard, sinon, il n’y aurait rien, strictement rien.

Nous voilà donc enchaînés. et parfois, trop souvent révoltés contre cette chaîne qui nous tient comme des chiens.

La mort également devrait nous parler, nous montrer ce qu’elle sait. Comment la faire causer ? Je me dis par exemple qu’il n’est pas pensable qu’il n’y ait rien après la mort, mais que ce n’est pas mieux s’il n’y a personne. cela devrait suffire à nous rendre amoureux de tous ceux que nous rencontrons sur terre… comme des miraculés ou des ressuscités.

Ceci dit, nos amours ne peuvent pas être identiques, nous ne pouvons aimer tout le monde comme nous aimons notre épouse.

Mon dieu, quel bavard 😉

Publicités
Cette entrée a été taguée . Ajouter le permalien à vos favoris.

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s