C’est pas d’la littérature

C’est pas d’la littérature
Voir dans quel état lamentable se trouve la nature
les poussins qu’on jette
comme des feuilles mortes
les cochons dans des camions
l’air gavé de poisons
et les arbres qui désespèrent
attaqués partout de chenilles
de papillons qui les ravagent
la nature elle-même la sauvage
se meurt épuisée
abandonnée.

Ce moment des hommes, parce que cet état là n’est dû qu’aux hommes,
c’est le signe de leurs funérailles
la terre comme un cimetière en friche où ne poussent que des plantes indignes
des lierres et lianes écrasant les chênes
des champignons absents
des châtaignes malingres et rongées de vers
des chenilles en procession devant les hommes
ivres et qui n’osent plus vivre vraiment
mais se mentent, se vêtent de nylons
issus des ventres chimiques
et mangent des plastiques
au lieu des bonbons.

Monde laid monde inculte
pour la raison simple
que la nature est la première culture
l’unique objet à connaître
vaste et miraculeuse
exception dans cet espace retiré
coupé des dieux comme un cordon ombilical
dont ne subsiste qu’une mémoire faible et endormie
une flamme à ressusciter sans cesse
en lui rendant un culte
sans adorer son cul
de sac où tu meurs.

Bon voilà,
c’est pas d’la littérature
ces terres couvertes de daturas
et ces datas
qui mettent nos os en boite
comme si nous étions des rats

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s