Quelques mots sur des maux

Est-ce qu’on interdit les travaux qui minent la santé des gens ? Les nourritures qui les rendent malades ? Est-ce qu’on leur donne les clefs ?
Dès qu’un métier est facteur de maladie, est-ce qu’on met le holà, et modifie les conditions de travail, de telle sorte que cela ne rende pas les gens malades ? Est-ce donc qu’on prend soin des autres et de ceux qui servent ?
Ne vit-on pas plutôt dans une société où l’intérêt privé domine l’intérêt public, où chacun fait son beurre et conserve ses savoirs, et en tire une position avantageuse ? Et puis, que produit-on comme montagnes d’armes chimiques, nucléaires, bactériologiques, de situations infernales pour les populations pauvres d’Afrique, d’Orient, ou d’Amérique latine ?
Et puis, dans ces conditions insalubres où sont jetées des masses de gens, là ou sévissent toutes sortes d’épidémies, on nous vante les bienfaits des vaccins, mais c’est trop tard. Alors, les états, leurs règles dictées ne sont que mensonges dans ces conditions, cela cache quelques intentions, des conflits et volontés jamais exprimées.

Certes, il y a une hiérarchie, des situations meilleures que d’autres, ce qui peut se comprendre puisque l’art est difficile, et que le mérite existe tout de même.

Mais tout cela nous menant où ? le problème tient à l’ignorance, à la fois des savants, et des non savants. Les uns se livrant à une guerre fratricide pour se dire détenteur, pour se mettre en avant, gagner des galons et des places de marché, amasser, poser des brevets sur les graines, sur les plantes, sur les molécules dont on peut sérieusement douter de leur innocuité. pour quel intérêt ?
Il est permis de dire que le monde est gravement atteint, et il est impossible de dire où se situent les failles engendrant ce chaos & maux.
Cela provient à la fois de l’ignorance des causes et des fins néfastes que l’on poursuit. Fins que le monde méconnaît, mais qui causent ceci.
A force de ne pas s’entendre, le monde devient sourd. Il reste sans voix, comme un fantôme absurde dans une demeure vide. Aucune prothèse ne pourra remplacer votre volonté et votre libre arbitre, votre amour et le sens que celui contient ou dévoile. Nous avons dévoyé nature, nous.

Nous ne saurions être autre que nature sans nous ruiner complètement, ou du moins errer de façon lamentable et souffrir sans comprendre.

Nos corps ne sont pas des machines même si tous les corps qui le composent sont des complexes organiques automatiques robots, les cellules les atomes, les organes complexes des cellules, et les interactions entre tout ceci, aussi bien de façon interne qu’externe, plus les histoires, plus les psychés, plus encore l’irrationnel, bon ou mauvais qui demeure, la relation entretenue entre l’univers interne et l’univers extérieur, fait que nous sommes seul à la convergence du nœud qui nous fit. Nous ne sommes pas sans connaître nos passés par notre généalogie, mais ignorons le plus souvent l’autre bout du temps/destin.
Bien et mal, santé et maladie, sont par conséquent inextricablement liés. Tout cela pour rien ?

Voilà, pourquoi, le monde est mal orienté, empoisonné par des concepts complètement faux. Concepts et croyances, mais qui aboutissent à la destruction de la nature remplacée par des artifices insoutenables et morbides, nés des cerveaux malades. Des esprits crispés frustrés et démoniaques.
Heureusement que nombre d’hommes se sont réveillés, mais sera-ce suffisant ?

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s