légère méditation

Ce matin, je regarde une vidéo sur l’archéologie, à propos d’un site très ancien et énigmatique. Elle n’est pas trop bonne, mais ce n’est pas la question. Ce qui m’interroge, c’est plutôt le phénomène assez général de toutes ces choses étranges que nous rencontrons et qui restent sans réponse.

Imaginons qu’il n’y eût rien eu, que des objets de la vie courante, ordinaire, banale, pour se nourrir, se vêtir, boire et s’abriter, comme des animaux ayant des outils simplement pour répondre à des besoins corporels. Rien pour nous pousser à une quelconque métaphysique, comme si la terre où nous sommes n’avait que son ou sa physique à nous proposer. Ce serait une boue génératrice, productrice par accidents successifs, de formes destinées à retourner à l’état de boue ou de poussière, sans plus. Nous serions uniquement confrontés à organiser nos moyens de subsistance et de jouissance durant la période très brève de notre vie. De nos vies, comme des animaux grégaires. Ce qui est loin d’être faux. Nous existons par ceux du passé et existerons par nos descendants.

Cependant, nous demeurons dans cette sphère terrestre, coupée du reste de l’univers, que nous pouvons imaginer plus grand que nous, et pourquoi pas infini. Pourquoi serions-nous seuls sur cet îlot, ce minuscule endroit du cosmos ?  Comme si nous étions nés de la terre et n’avions celle-ci uniquement comme tombe.

Rien d’autre. Or voilà, depuis des temps immémoriaux, nous avons rencontré des objets étranges, comme si ceux-ci nous poussaient à nous questionner sur des plans d’existence supérieurs, des intelligences supérieures, mais qui semblent toujours se dérober à notre regard. Comme si nous devions par nous-mêmes chercher, penser et découvrir, agir et créer. Dans ce sens, on peut dire que le fait ou le processus scientifique est largement entamé, que les hommes ont demandé à savoir. On retrouve une similitude ici avec les comportements de nos contemporains. Ceux qui savent quelque chose ne peuvent pas rendre à ceux qui ignorent. On ne découvre qu’en fonction de ses propres efforts et questions, sinon, cela ne nous sert à rien. Comme une nourriture, mangée par un autre, ne nous fait pas grandir. C’est bête, n’est-ce pas ?

Bon, comme cette soif ou curiosité ne parait pas spontanée, il faut bien quelque trucs et astuces pour la susciter, comme le désir. Est-il plus important de se poser des questions que d’obtenir des réponses ? je crois les deux, parce que si nous butons sans cesse sur les réponses, si rien ne se présente, forcément nous renoncerions et serions pris de désespoir, nous laissant aller à la lente désagrégation de nos corps, en abusant des drogues et autre dormitifs pour oublier.

Tiens, l’oubli, la mémoire se présentent dans notre réflexion. sacrée Mnémosyne. J’avais trouvé très indigeste le livre de Bergson  » Matière et mémoire ». mais il est écrit que la mémoire déborde du cerveau.

Et nous, notre mémoire déborde -t-elle de la terre ? Est-ce que le cloud la déborde ? je ne crois pas, nous n’avons jamais fait qu’enregistrer des informations très terre à terre. Précises et précieuses cependant. Surtout si tout ce qu’il contient autorise les hommes à fonder leur évolution et frapper à la porte.

 

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s