Matière du bien et du mal

L’Histoire nous indique ce que nous devrions ne pas commettre comme maux, ne pas répéter les mêmes erreurs. Quant à la philosophie, elle n’a jamais manqué de sagesse dans le verbe, mais dans la pratique ? n’a -t-elle pas pour but la connaissance du bien & mal, la  connaissance tout court.

La souffrance, la destruction, la séparation, dépression, la folie, la mort, le malheur, tout cela ces maux, existent bel et bien. Ce n’est pas illusion, pas plus que l’inverse, joie, bonheur, etc.
Mais tracer la limite, s’instaurer en juge, ou faiseur de morale, imposer un bien
imposer un bien sans savoir est-ce si bien ? comme quoi savoir n’est jamais négatif, s’il s’agit de vérité et de vie.

Qui ici bas peut prétendre être détenteur des deux ? Depuis le temps que nous rusons… nous sommes désormais pris dans nos ruses, et hors jeu, en danger. Rien que des choses normales. La vie est fragile, elle ne tient qu’à un fil. Et nous, dans nos orgueils démesurés nous nous pensons supérieurs à ce qu’elle nous laissa, prétendant améliorer la nature, et imposer des modèles déments artificiels, pour échapper à nos mauvais penchants, comme pencha la balance toujours du même bord.
Le haut, le bas, difficile de décréter où ils sont. De même difficile de dire qu’il n’existent pas, que la pesanteur n’est qu’une façon relative de s’élever vers le bas
ou que le poids des souffrances nous allège…
Notons cette hypothèse, que toute souffrance est mise à notre crédit, que nous n’aurons plus à payer ce que nous avons payé, ce qui spirituellement est logique, nous faisons nôtre ces états là. Nous savons ce qu’il sont. Sachant cela ferions nous mal ?

le mal ~~ ignorance

Dire qu’il n’y aurait ni bien ni mal n’est vrai qu’au lieu de l’absolu, mettons celui de la Matière dans son unité et entièreté, sans différence entre matière et esprit. Mais cette approche des choses est loin de nous, et possible que cela ne soit pas vrai, que le réel se décompose en plusieurs êtres ayant pour sens de se recomposer en un seul.

Si le tout n’est que matière, bien évident que nous ne pourrions lui attribuer de valeur de bien ou de mal, ce serait insensé. Les choses étant ce qu’elles sont, elle ne peuvent aller dans un sens plus que dans un autre, par conséquent tout ce que nous faisons ne saurait être que conforme à ce que nous dicte la matière, avec le jeu relatif des destructions et des maux, du temps qui passe sur ces maux et qui les efface.

Mais tout n’est pas de la même Matière.

Par conséquent qu’est-ce qui nous donne une idée du bien et du mal ? ne serait-ce pas le jeu entre Matière et Esprit, cet enjeu des relations dans une totalité qui ne cesse de nous questionner ?

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s