l’idée monstrueuse de l’Un Seul.

L’Un est monstruosité dans sa pensée de monade, comme un corps de marbre. Ce n’est pas Dieu dans son expression, cette dénomination du Verbe.

Dieu même est vivant dans le Mystère, vous ne pouvez pas retirer à dieu, aux dieux, cette capacité de s’enfoncer dans les profondeurs du Mystère et des actions créatrices qui les font œuvrer eux-mêmes et librement, persévérer dans le Jeu Créateur.

Exactement comme le peintre ou le sculpteur, l’architecte ou l’acteur.

La nuance est de taille entre les dieux et nous. C’est que nous devrons laisser notre corps mortel et que le corps des dieux est d’une autre substance. Peu importe pour l’heure de quel gaz elle est.

Ce qui conviendrait serait que chacun puisse l’entrevoir et l’entendre, savoir ce qu’il lui dit, et lui indique comme chemin à emprunter pour vivre et espérer, et que ces espoirs ne soient pas des faux espoirs, mais des saluts véritables et sereins,comme sur Une île où nous pourrions nous apaiser et devenir maîtres de nos vies, face à l’infini.

L’Un n’est bon que face à Cela.

L’un nous demande de trouver le lieu de notre mariage, ce lieu où nous sommes unis.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s