Le paradis, aussi sur terre.

Partout la forêt se meurt, corps malade de l’air empoisonné, des éléments étrangers et impossibles à digérer. Des sécheresses surgissent des formes parasites qui prolifèrent et fragilisent les végétaux. des coupes violentes, des surexploitations, tout ça pour quel profit ?
Qui gouverne ? ce n’est jamais un homme, c’est une volonté collective, un ensemble avide, affamé, ayant soif de quelque chose, mais qui n’arrive pas à trouver les motifs de son existence satisfaisants, et par conséquent reste pris dans ses schémas tout fait, du prêt à penser.
Ainsi, le monde est otage,  enfermé et sans solution, pris dans cet engrenage consumériste et productiviste, cela en devient insensé. Sérieux, qui autorise à l’heure actuelle une conversion réelle à l’idée de sagesse ou de nature intelligente ? Nous nous croyons supérieurs à Elle.
Toutes les études en botanique nous enseignent à quel point la nature est un tout, fragile, que nos conceptions d’une nature hostile ou d’une nature à améliorer est abominable. Si nous avions la modestie de nous y inclure, ce serait pas mal, au lieu de chercher à la vaincre nous pourrions envisager avec les connaissances actuelles de revoir nos agricultures, nos sylvicultures, de retrouver une sorte de pérennité. Mais cela suppose que les populations soient informées et que les pouvoirs les entendent. En quelque sorte, les critères strictement financiers ne sont pas valides. ils ne valent que comme outils de dominations, de coercition et de volonté de soumettre, l’ensemble à des impératifs anormaux, nous envoyant toujours à la mort.

La forêt s’est enflammée à Paradise, ville californienne au milieu des bois. Nous avions un paradis sur terre et il est parti en fumée, comme partout.

On nous a fait croire que le paradis était aux cieux. C’est un leurre. Les cieux sont sur terre également. Ils débutent ici, avec nos frères et nos amours, sinon, ils ne sont pas.

Il y a continuité entre ciel et terre, entre le bas et le haut… mais si le bas est atteint ? qui nous rendra le haut ?

Il faut que la voix des hauteurs soit rendues. et vécues. Disons que ce n’est pas trop ce qui se passe. et que le monde reste sourd et aveugle.  Prisonnier de cette mécanique absurde.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s