Misères

Comment un homme ou une femme, astreints chaque jour à des tâches qui les épuisent et ne leur laissent guère de temps pour cultiver ceci ou cela, découvrir, aimer même tellement ils sont pris dans ces tourbillons, mal nourris et maladifs, comment pourraient-ils trouver en eux le paradis dès lors que l’enfer les tient en otage ?

Comme si cette existence n’avait nulle importance et que nous pourrions vivre n’importe quoi, dans n’importe quelle condition, si nous « croyons  » nous irons au ciel et serons délivrés automatiquement ?

« Celui qui a connu le monde a connu un cadavre…  »

Si le monde est mort, comment pourrions nous trouver le Vivant ?

Encore heureux que des gens aient le vivant en eux pour le rendre à ceux qui ne l’ont plus.

Voyez, dans les faits divers, des actes déments. Savons-nous d’où proviennent ces choses là ? Connaissons nous exactement les forces de la Nature, les trous noirs, les fonds ténébreux, et les Cieux ?

Non, le monde retient des gens pour tailler des habits, fabriquer des objets, offrir des loisirs, sans trop restituer à ces gens les clefs du vivant. Oh, si des mots, des belles phrases, des vœux pieux, mais au final, non, rien. Presque rien.

Sauf exceptions. Bien entendu chez ceux qui ont précisément pu se pencher sur Ce rien.

Mais bon, je radote …

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s