De l’eau de là.

Nous sommes forcément incomplets,  de l’incomplétude au sens de Spinoza. Vivant ici, il nous manque l’au-delà, vivant il nous manque la mort, et la vie qu’il y a derrière. Il ne faut pas mourir pour se compléter ou accomplir cette unité d’être, non. Ceci explique la peur des transhumanistes qui veulent demeurer ici pour toujours, et ignoreront pour toujours le vivant, dans l’au delà.

Que faut-il alors pour accomplir cette union ? Sans doute faire retour à l’essentiel. C’est à dire retrouver ce qu’est notre identité d’être par delà nos masques, ses illusions. et donc faire aussi le jeu de l’ imaginaire, de sa souplesse et sa vivacité.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s