le Nous

Pourquoi au sein d’un Nous Un il y a des membres qui souffrent plus que d’autres ? maux rejetés sur autrui, charges que nous attribuons à d’autres et dont nous nous délestons ?

Publicités

In oui

Ce qui est impressionnant c’est de réaliser la beauté qui se lit sur certains visages et en sens inverse, la laideur et les maux qui accablent le monde. Il y a quelque chose qui nous parait irréconciliable dans cette rupture. Comme un gouffre douloureux, un baume qui nous manque. Une envie de rejeter la noirceur dans ses œuvres sinistres et crimes inexpiables.

Est-il pensable que cette laideur aussi nous appartienne ? Qu’elle nous incombe et nous serve de leçon ? je crois que oui, si nous nous penchons de façon juste sur les replis secrets enfouis des passés, sur l’oubli et les ombres, sur l’impur qui nous fit tomber, et faire mal. Nous ne sommes plus ces anges adorables, mais nous pouvons nous délivrer.

À quoi devons-nous dire non ?

intelligible

L’intelligence d’un ensemble n’est pas une addition des intelligences individuelles mais une multiplication, du fait du nombre de liens et combinaisons possibles qui est exponentiel. l’intelligence ne naît pas d’un cerveau mais des échanges qui se forment par la clarté des mots.

Sinon, nous ne comprenons rien.

J’avais remarqué ce fait étrange en discutant avec un ami, que plus nous parlions clairement, plus nous recevions de lumières, et qu’elle nous inspirait d’autres mots et idées justes.

Autrement dit, celui qui monopolise la parole, bloque les possibilités de compréhension et d’action, se croyant investi d’une mission surhumaine, il fait le jeu des enfers, qui exprime des souffrances, des malheurs, et autres blessures infligées.

On pourrait dire que le monde déraille complètement depuis le temps où il n’a misé que sur ces échanges de marchandises qui sont sources de profits, mais a totalement fait l’impasse sur les autres dimensions des biens échangés ne donnant pas lieu à des profits.mais nous délivre.

Révélateur

Vous croyez qu’on peut faire connaissance en allant puiser dans l’atome ? depuis le temps que les marchés nous abusent, que nous nous nourrissons d’illusions, de chimères, et nous méprenons sur l’Amour, dans une inversion de sens et de nature. Cela fausse tout et nous emporte.

Combien de mots coulent pour en noyer le sens ? Camper sur ses positions et ne pouvoir vendre sa camelote avariée ? Ce qui fait des hommes de pauvres pantins vides et maudits dans ces remous de boue.

Le fonctionnement du monde révèle sa cécité et sa mort, dans la souffrance et le peu de bonheur, comme si nous étions tombés et que nous n’arrivions pas à nous délivrer. Il y a tellement de suicides, de crimes et de gens en prison, de folies qui président à nos actes, trop d’inconscience ou de méconnaissance  des forces et des présences qui animent la vie.

De telle sorte que les mots ont perdu leur sel ou que les arts ne sont plus que décoratifs, au lieu d’être des explications claires des mystères, nous révélant le sens caché des choses.

Si bien sûr il existe encore des arts, c’est à dire des formes qui tendent au Sacré et nous guident. Disons, ceux qui ont cette chance. Mais si peu…