Un temps s’achève

Il y a toujours une fin à tout. Une fin annonce un début, une renaissance ou un passage vers autre chose. C’est périlleux. Cela ne peut pas se faire sans renversement du vieux monde. Sans heurt.

Ce qui devrait unir les hommes les divise, et en particulier le sens de la vérité. C’est là que ça achoppe le plus, que cela soulève toutes les passions et les déchaînements furieux. Comme si nous étions incapables d’assumer quelque chose.

je ne saurais dire quoi. Serait-ce cette incertitude ou cet oubli liée à nos origines, ce lieu de la permanence ou cette image de notre mort, donc de notre finitude ? qui forcément nous est inconnue, parce que dans l’hypothèse où nous la connaîtrions nous ne pourrions absolument pas vivre, nous serions tétanisés ici bas et nous nous y rendrions d’un seul geste.

Notre au-delà n’est jamais sûr, il se conquiert, Il se forge par ce que nous sommes dans le présent. Dans cette volonté manifestée. Volonté n’est peut-être pas le mot. C’est peut-être le mot s’il touche à ce qui correspond à Une Volonté plus grande que la notre enfermée dans ses ignorances, si nous sommes en phase au lieu d’être en rupture de phase.  Question d’harmonie pour le dire autrement, sans forcer les événements à notre seul avantage, ou pour nos seuls besoins factices et surfaits. Comme tout ce qui se produit en ce moment et qui est visible dans ses effets néfastes. Comme ces consommations qui ravagent la planète et qui sont littéralement démoniaques et un piège atroce si on prend la mesure exacte des choses.

Toutes ces économies étant fondées sur les armes, et les instruments de la puissance, sur ces rapports de force soutenus par des principes et des croyances. Certes ces croyances donnent aux groupes une cohérence interne, mais tout ce qu’elles imposent ne sont que l’autre versant de la soumission, du bras armé.

Pour le dire autrement, rien, jamais, n’a été fait contre la volonté d’un homme. Mais tout a été fait pour lui faire croire qu’il agissait en fonction de sa volonté. La ruse consiste en cela. La manipulation.

Manipulation des désirs et des espoirs. On joue avec le feu. Mais nous risquons d’y perdre notre âme. Ou du moins de ne pas effectivement de ne pas la retrouver, ce qui revient au même, et nous réduit à néant.

C’est parce que les hommes veulent survivre se lèvent et se révoltent que nous y voyons le signe d’une nouvelle volonté. Que les pouvoirs accusent d’être séditieux, factieux, évidemment puisque cela renverse l’ancien monde.

Cette révolte en est à chercher son nouveau.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s