Ma qué passah ?

Tombé dans la boue des apparences l’âme se relève de ses blessures et de ses morts par la parole qui met en lumière ces noirceurs et les larmes qui coulent et ressuscitent les hommes. Par l’acte plus que par le prêche.

Ce n’est plus que l’ère du poisson mort et des baleines et des dauphins et des thons dans des assiettes pour nourrir des cochons en robe endimanchés mais résilientes disruptives et inclusives

passablement écœurant
ces cohortes de paroles fausses
qui paralysent le vivant
et le laisse mort dans sa fosse
#Pâques

Un peu spécial je vous l’accorde.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s