Le sujet libre et non faussé

Si nous voulons que les choses se mettent en ordre dans notre maison, il faut commencer par trier, la gauche de la droite, pour ensuite assembler les éléments épars, en connaissance.

Cela ne se fait pas sur une simple directive du haut d’un perchoir bavard. D’ailleurs nous ne disposons que de la Parole pour arranger les choses et les gens, ou pour que cela ne se mélange pas n’importe comment.

Un parlement devrait être un lieu où l’on parle, non pas pour faire des lois mais pour mettre à jour les lois, et que celles-ci redeviennent simples, de leur simplicité naturelle. Humaine si vous voulez.

Il faut réunir le religieux et le politique, dans la personne de tous les hommes. Non pas dans  celle d’un pouvoir surplombant les autres, mais dans chaque homme ou femme dans sa conscience et volonté. Cela ne se peut qu’en fonction des enseignements, des leçons transmises, des échanges. Cela ne se peut dans le mensonge ou la captation des sources au seul profit, de son clan, sa secte ou sa famille de pensée.

Les choses ne se mettent pas en ordre toutes seules. Même dans leur décomposition il y a un agent. Et là, cet agent passif, invisible, minimal, c’est tabou. On ne touche pas à la mort pour empêcher son œuvre, sans entraîner le monde dans sa mort, corps et âme.

Nous avons oublié et perdu énormément de connaissances, Croyant détenir des vérités scientifiques, s’il n’y a plus dans ces sciences un acteur central relevant de notre esprit, et des esprits, si nous pensons pouvoir agir sans cet élément là, le Sujet libre et non faussé.

Les hommes sont par nature religieuse religieux. De même, et par culture nous sommes politiques citoyens humains. C’est basique, simpliste si vous voulez, mais c’est ainsi. Et cette simplicité autorise toutes les possibilités, surtout celles de nous rendre notre pouvoir perdu, ce pouvoir d’agir sur notre corps.

Certes, pas complètement perdu si nous pouvons marcher, respirer et que notre cœur batte encore.

Il y aurait à dire sur cette dualité entre esprit et matière, yin et yang, attraction et décision, mars et vénus.

Il y aurait aussi à ne rien dire, c’est à dire à savoir. Cela a bien été dit par le Tao. 

Mais quand tout est trouble, quand tout se mélange, que tout devient chaotique et embrouillé, faut il parler, faut-il se taire ? Et surtout à qui faut-il adresser ces quelques choses ? des mots comme des choses.

Toujours cette question de l’autorité et de l’arbitraire qui se pose, dès lors qu’un Sujet interfère dans le monde, ce qui ne se produit pas par hasard, ni pour rien.

Entre parenthèses, voyez bien que Dieu, ou l’Amour ne peut rien si nous n’y mettons pas du notre. Que nous devons être acteurs dans ce monde. C’est à dire retrouver cette Vie en nous pour pouvoir la donner.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s