Expliquer

Pourquoi toujours devoir s’expliquer et exposer ses motivations, à propos de cette insistance à toujours parler du concept de dieu ? Comme si cela n’avait pas déjà été fait depuis toujours  et bien mieux que ce que je pourrais en écrire, par ceux qui avaient autorité pour en parler.

D’abord, l’écrit ne peut pas être identique au dire, à la parole orale. On ne peut enfermer le vrai dans les écrits. On ne peut que tricher, comme un peintre nous donne une image ou un musicien un ensemble de sons qui nous suggèrent des choses situées  au-delà.

La parole, l’oral est ce qui colle au plus près du vrai. La vérité est une obligation. C’est la seule possibilité de l’être humain vivant. Sinon il est mort. Mort, il ne peut être dieu. Dieu ne veut plus rien dire, ne peut plus rien dire au mort. On ne ranime pas un mort. On ne ranime qu’un être vivant qui est au bord de perdre sa vie. Et cette réanimation de l’âme humaine est signifiante de quelque chose de très conséquent : Homme et Dieu ne font qu’un. Dieu est Homme ;  l’homme est dieu s’il retrouve son dieu. Il y a continuité dans l’être. Mais cela ne se fait pas n’importe comment. Ni par des simples propos ou des incantations. Il doit y avoir des actes, une parole agissante qui peut se déployer.

Dans ce sens dieu n’est plus cet être extérieur séparé de notre être intérieur. C’est un être extérieur auquel nous sommes liés. Plus exactement un état d’être « divin ».

Dieu est un état de l’être. C’est cela qui en fait une entité existante et accessible humainement.

Un homme n’est pas dieu à chaque jour qui passe. Dieu n’est pas supportable de façon quotidienne dans la vie ordinaire de nos corps. Cela n’empêche pas de prendre la mesure des choses à chaque moment trivial, des beautés et des horreurs engendrées dans ce monde.

Si Dieu, le concept, est important à mes yeux, il l’est aussi dans l’analyse des philosophes qui ne peuvent que constater à quel point les hommes en arrivent toujours à l’imposer partout où ils œuvrent, érigeant le progrès, l’argent, la technique, la science, le pouvoir comme idoles se subsistant au dieu défaillant ou absent, mais dont les effets dans le monde sont pour le moins terriblement destructeurs, et nous réduisent à rien, ou à des chaînes que je trouve affreuses. C’est donc de façon très subjective que je renonce aux formes de dieu qui s’imposent comme allant de soi pour la grande majorité des hommes.

Le dieu que je préfère parmi tous ceux là, serait celui d’Amour. Il est moins compliqué que tous les autres. Et il n’est pas relatif, contingent ni accidentel. Il donne à vivre et persister dans ce qu’il est. Il donne aussi à voir. Mais ne donne pas nécessairement des avoirs, surtout ceux qui sont peu utiles, et même carrément nuisibles. Ceux-ci nous aveuglant et nous rendant esclaves, c’est à dire très en dessous de ce que nous pourrions être en vérité. Ils nous ravalent à l’insignifiance des objets, et à la vacuité.

Par conséquent c’est peu de dire que le monde vit à côté des vérités qui lui furent transmises et qui, parce qu’elle n’existent nulle part dans des lettres et des formes matérielles, emploie ces lettres pour essayer d’en extraire la sève, mais ne voit pas la sève qui coule dans ses veines. Encore moins dans ceux qui souffrent de leur sève perdue.

Problématique du mal, banalité du mal, finalement passé sous silence. Sauf par des rares sages.  Ce qui ne le renverse pas en bien. Le renversement du mal en bien ne se fait pas de façon rationnelle, limitée ou bornée, contenue. Le soleil ne tient pas dans une bouteille. Le courage non plus, il s’épuise et finalement s’en va découragé.

Publicités

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s