Le sens de l’Histoire

L’Histoire a probablement commencé avec la guerre qui n’a jamais cessé, elle est perpétuelle jusqu’à son terme. Il n’y a pas de paix perpétuelle, il n’y a de paix qu’éternelle. Mais en attendant que cette paix devienne éternelle, nous pourrions vivre si la guerre ne nous emporte pas. La guerre sans fin c’est la fin de l’aventure humaine. Comme si nous n’arrivions pas à trouver en nous les ressorts suffisants pour cette paix éternelle, précisément. Le calme, la sérénité, la joie, la satisfaction de notre condition, la possibilité de contempler, de suspendre le temps, et de ne plus nous agiter comme des diables dans leurs bocaux.

Bref, on ne dépose les armes que dans son esprit. On accepte la relativité de nos mots, et une certaine fatalité de notre défaite.

Depuis les origines la guerre n’a fait que s’amplifier et accroître les vengeances respectives, dans ce jeu trouble des non-dits, des mensonges, des ruses et des traîtrises, des volontés de dominations, de soumissions. Tout cela est très absurde. Le sens de l’histoire est absurde dans ce sens là.

Il ne l’est plus si nous faisons connaissance avec les plans supérieurs de la conscience passant par la reconnaissance. Des uns aux autres, et de tous avec le supérieur de l’homme.  Ce qui suppose un sincère humilité, non une humiliation, ni une quelconque mortification de nos corps.

En quelque sorte, pour le dire vite, il s’agit de retrouver cette unité d’être. Par delà les langages.

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s