Porte

L’éternel problème de l’ homme est de perdre son âme, de ne pas renouer avec elle, de demeurer enfermé sur cette terre, pris dans cette dimension existentielle, sans retrouver la supérieure, ce ciel d’où il vient, et où son âme l’attend. Cela revient à n’être que corps mortel, constamment en poussière, absent, oublieux de tout, ayant tout oublié, comme si son existence ne servait à rien. Comme si nous n’avions nul destin.
C’est une épreuve pour notre volonté, face à la mort, et face à l’effroi que celle-ci suscite. Comme si nous étions condamnés.
La vérité, signifiant l’être de dieu, est à vous seuls. Rendue par des hommes, exprimée par certains d’entre les hommes, mais que nous sommes seuls à pouvoir mettre en acte, rendre effective.
Nous butons sur des murs, partout. Dressés par des malins. Gens qui savent de quoi il s’agit pour eux-mêmes, de façon strictement théorique, mais qui ne franchissent pas le seuil pour autant, dans leur chair, leur cœur, et même dans leur esprit. Toutes les vérités restant enfermées dans des lettres, des glyphes, des équations savantes, à profusion. Mais elles ne sont jamais ouvertes aux profanes, jamais mises en lumière, elles tiennent les gens otages de leur ignorance, de leur naïveté ou de leur crédulité. Bref, ils sont subjugués par ces apparences de vérité.
La vérité n’étant rien sans mise à l’épreuve dans la réalité, dans la chair, vérité incarnée. Autrement plus douloureuse que la lecture des textes. Parce que nous devons franchir la porte, passer le seuil, ou traverser les eaux noires. De notre vivant.
La porte est facile à trouver, la franchir est plutôt éprouvant. Ce sont peut-être les dieux de l’autre côté qui se protègent de nous, de notre violence et de notre ignorance. Qui ne nous laisseront passer qu’une fois ayant abandonné cette violence et une fois ayant repris connaissance, une troisième fois ayant retrouvé notre corps de gloire. Ça fait trois.

Ceux qui créent ces situations empêchant cette libération sont à proprement dit diaboliques. Ils dressent un mur entre le ciel et la terre. Ils contrarient les plans de Dieu. Si Dieu dresse effectivement un mur entre ciel et terre, il n’a nullement besoin que des hommes en supplément y mettent des barbelés, des camps, des miradors, et des bêtes féroces, que les hommes soient surveillés et bagués comme des animaux, vaccinés de force et suivis à la trace. Les pouvoirs et leurs détenteurs qui font cela ne sont que des malades, des névrosés paranoïaques, sans foi ni loi, les pires parmi les hommes, faisant succomber les plus fragiles d’entre nous, sous le poids de leurs vices érigés en vertus, faisant croire qu’ils libèrent alors qu’ils enferment.

Ils bouchent la porte. Avec leurs cerbères. Évidemment c’est mondial.

Ne me demandez pas ce que sont les dieux, vous devez le savoir, que c’est vous.

Si cela vous inspire ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s