Sacré

Consacré

Sacré cul

Sacré fumier

Mot sacré

Massacré

Sacré menteur

Sacrement

Quel encrassement dans le moteur

Des Temps

Si Tout n’est pas sacré

La Terre sa Pensée, son Corps, sa Lumière,

Les Hommes qui forment son Cœur

Les bêtes qui firent l’homme

Les arbres qui s’animèrent

les Champignons vénéneux vénérables

Les bactéries qui Œuvrent dans les entrailles

La mort qui rénove les morts

Non tout n’est pas digne du sacré

Les différentes formes de néant par exemple

C’est à dire le rabais

Quand Tout doit tendre vers le Haut

Le léger l’évolué l’espérance vraie

Ou quelques choses comme ça.

Comme du bon pain, des belles chansons, des pièces de théâtre lumineuses et joyeuses, fortes, folles, des actes simples où les gens finalement se reconnaissent, sont empreints de gratitude.

Voyez pourquoi un jour il y eut une séparation, nous avons dû quitter les cieux et oublier, tomber dans ce coma, dans l’épaisseur obscure des mondes inférieurs, nus comme des vers, ayant tout de même des étoiles la nuit  pour nous indiquer combien nous avions perdu. Et donc sur quelle étoile nous posons nos pas pour ne pas nous tromper ?

Rien n’est simple à dire : Si nous sommes libres, c’est parce que nous avons choisi de l’être face à Ce qui nous devança et donc …

Où aller ?

Qui donc la connait ?

Probablement tout le monde. Mais qui donc la vit véritablement ? Là, il y a sûrement moins de monde. Ne parlons pas de ceux qui ne la connaissent que sous l’angle des mondanités, des frivolités, de la vie comme si venir sur terre était une sorte de voyage organisé pour visiter le grand canyon, arriver vide et repartir aussi vide, existences vaines. Néanmoins, le malheur est là toujours prêt à dévorer sa proie et trouver ses victimes. Assouvir cette soif de pouvoir sur le plus faible, comme se hisser sur la masse, de façon démente, assassine bien sûr, puisque la masse est rien par essence, puisqu’elle est recyclable à l’infini, comme objet qui ne cesse de se reproduire et de survivre à tous les cataclysmes. Cynisme des puissants, double langage, et impuissance des populations face à ces violents.  Impuissance et sentiment de sidération, foules hypnotisées, subjuguées par les discours, par les partis, les œuvres imposantes, la grandeur effective des grands messes sonores, où résonnent comme dans des cathédrales la voix de ceux qui dictent leurs opinions, leur subjectivité, et égo enflé. En imposant aux masses.

Connivence donc de toutes ces armées en vue de quel projet planétaire ? Il semble que la notions de lutte est la première donnée, lutte implacable entre tous, seigneurs, princes, chefs, et de proche en proche inonde tous les niveaux, toutes les branches de l’arbre. Tout le monde est au fond d’accord pour lutter sauf ceux qui sont déjà vaincus et par conséquent la vie leur échappe. Ils sont au fond éteints quelque part, ou bien ils ont renoncé à ces engagements quelconques, épuisant et troublant forcément : La vie ne saurait être de tout repos. Le paradis le serait peut-être, et encore, avec sa face inconnue, sait-on jamais si les élus, les bienheureux sont vraiment au repos et rien qu’au repos éternel ?

Bon, ce qui est laid, atroce, injuste, écœurant, parait radicalement autre que ce qui est beau, doux, juste et inondant notre cœur d’un feu amoureux.

Alors question. Est-ce que les motivations des hommes sont toujours en vue de faire fleurir cette face du jardin ? Jardin qui a priori n’appartient à personne, si ?

 

Moi et moi

La réalité augmentée, l’homme augmente en adorant les êtres dont il est tissé. Il peut se voir partout en tout. Les roches, les océans sont en son intériorité. Les hommes et les bêtes lui parlent.

Tandis qu’en greffant sa conscience et ses actes dans la machine, c’est la machine qui gonfle démesurément comme une bulle stupide un robot idiot, et mort, d’où la vie ne peut s’échapper parce qu’elle ne vit plus ses transformations, parce qu’elle perd son passé, sa mémoire, elle est prise dans un présent néant.

Avec ces illusions de communications, que nous imposent les techniques aux mains aveugles. Nous sommes vampirisés, dépossédés, on nous vole nos vies. On est un trou.

Nous aurions perdu notre double ? Cet autre moi, comme si c’était notre Ange ou notre Je, ou Dieu . Comprenez , je ne sais de quel côté il se situe le plus, ici ou au-delà, lequel fait vivre lequel .

Mais l’un sans l’autre, il n’y a pas de vie possible & même si l’un et l’autre sont un seul et même Être, dans leur principe, Il sont sérieusement entamés, séparés, disjoints, désunis, d’où l’excitation, et le malaise, l’incompréhension, la surdité, l’absurdité, la colère et tous ces actes terriblement sinistres qui en découlent du fait des brisures dans l’âme, et du sentiment d’effondrement qui en résulte.

L’âme, serait donc ce Moi et Moi réconcilié, cette dualité apaisée, épousée. Il ne s’agit pas de cet égo surdimensionné qui écrase les autres, bien entendu et au contraire, puisque dans cette reconnaissance il y a inclusion de tous, Une hiérarchie, peut-être mais sans volonté dominatrice. Juste une lumière qui se diffuse et ranime la vie disparue.

C’est uniquement dans la proximité sensible que nous pouvons nous trouver du bien commun. Et nous indiquer d’où Il vient & le faire venir.

Objet vivant ? C’est peut-être ça … luchon 106

Pense

Donc tu penses penser ?

Tes nerfs s’excitent contre la pensée.

L’Innocence pense. Et sa pensée est pure.

Bon, si je pense à Dieu en Vérité, qui me dit que ce n’est pas Dieu qui me pense ?

Cesser la pensée, taire la psyché, quelle drôle d’idée.

Non quand même, il s’établit une relation plus ou moins heureuse dans cette relation, cette dualité ou dualisme incontournable dans le temps.

Vous ne voudriez tout de même pas que Dieu soit ici , si ? Dieu en tube, en conserve, en boite  ? ben voyons. Dieu dans vos dicos et vos définitions ?

Quelle est la formule de dieu égale aime ces deux ?

 

 

Sur quelle face nous-tenons-nous ?

Comment savoir ?

Nous sommes forcément sur l’une et l’autre, mais sur celle où nous nous tenons, d’ici nous ne pouvons pratiquement pas savoir ce qu’il en est de l’autre face de nous-mêmes.

et il se peut que nous nous y rendions, mais là, toutes les dérives sont possibles, toutes les interprétations, de même parfois tous les fanatismes ou les folies.

Qu’est-ce qui autorise alors une meilleure lecture de l’au-delà, si ce n’est une base, émotionnelle, une ascèse, ou des disciplines à l’écoute ?

C’est pourquoi, déjà, tous ceux qui monopolisent la parole, politiques ou médias, prêcheurs et prosélytes, sont à côté de leurs pompes. Nous sommes facilement la proie des excès. Ou de ce sentiment de puissance, qui est un piège.

Dire que tout est double … je ne vois pas en quoi c’est faux .

L’un et le multiple , ça fait deux objets distincts .

L’objet et le sujet , de même.

Tour à tour , nous sommes sujet et objet,

dans cette respiration nous vivons…

& mourons.

En quelque sorte, il y a toujours quelqu’un qui nous attend ou veille sur nous .

et nous ? présentement, veillons-nous sur lui ?

 

Le monde est dans un tel état

Qu’il semble impossible à sauver.

C’est pourquoi certains se suicident. Ce n’est pas bon.

La démographie croissante n’apporte que des complications. Il faudrait songer à autre chose. Sans passer par l’élimination des hommes. L’augmentation sera intenable.

Faudrait-il envisager de modifier les besoins. De voir ceux qui sont nécessaires et ceux qui sont inutiles voire carrément nuisibles, tout en sachant que nul homme n’est inutile.

S’agit-il de recomposer l’humain en nous ?

C’est à dire s’éloigner de tout ce qui engendre de la souffrance. La peine est impossible à éviter. L’existence actuelle dans ces conditions ne peut plus être une partie de plaisir. Sauf si nous arrivons à une sorte de communauté sans exclusion. Si chacun porte sa part, et n’exige pas plus de la part d’autrui.

C’est sans doute une question de reconnaissance, d’amour et de non jugement. Parce que dans le fond, nous ne pouvons décider en rien des motifs des actions. Nous ne pouvons uniquement nous prémunir de ce qui nous affecte et nous protéger en commun de ces choses négatives.

Comme en médecine, où il fut dit que le microbe n’est rien, mais le terrain est tout , peut-on dire que le terreau de notre humanité est quelque peu atteint.

En quoi consiste donc le fondement de l’homme ? fondement qui n’est pas exclusivement géométrique, physique, mathématique mais comme une étendue psychologique, ou spirituelle, un ensemble harmonique ou poétique musical, esthétique et éthique, bref, un ensemble Verbal. Verbe entendu comme Image. Métaphore des plans qui nous soutiennent.