Apaiser cette angoisse

Apaiser cette angoisse, cette folie, cette mort dans l’âme, qui font faire n’importe quoi aux hommes et les déchaînent, leur font commettre les crimes les plus atroces, et aller jusqu’à tuer la terre et la vie sur terre. Pourquoi donc le mal ? Faut-il l’expérimenter pour le savoir ? Que saurons nous dès lors que nous serions aux enfers ? Et même, le gardien des enfers nous laissera-t-il y aller comme pour une visite zoologique ?

la Terre est notre corps. Elle ne nous enferme pas, nous faisons corps avec elle. Ce n’est pas notre tombe. Si nous la faisons vivre, si nous la prions, l’aimons, l’arrosons, nous pourrons souffler sur nos braises, nous ranimer.

Nous ne devrions jamais oublier que l’Homme est Un. Par conséquent que nos pensées se répercutent partout, dans le bien comme dans le mal.

Reprenons

Reprenons dans le calme. Qu’y a-t-il ? Que voit-on ? Qu’est-ce que ceci, ce phénomène, ce vide devant nous ? Pour sûr dès que nous sommes mal ou malade nous ne voyons rien, rien ne se présente qu’une sinistre farce, pleine d’effroi. Rien ne nous parle, tout n’est qu’absurdité, souffrances qui s’achèvent dans la mort, où le seul espoir est de voir ceci se finir. Mais en réalité c’est faux. Nul n’aspire à mourir, ou à disparaitre, sauf si c’est pour changer d’état. Pour retrouver quelque part quelque chose de vivant. Comme un état antérieur, connu, un océan doux, une vie qui nous emporte et nous rend heureux. Alors le monde s’agite en tous sens pour recréer, retrouver cet état d’être, les évènements précédents ou leur lumière. Comme leur superbe. Au lieu de cette pitié, de cette chute vertigineuse nous laissant dans l’insignifiant, et dans le froid abyssal d’un univers muet et indifférent. Nous sommes là, loin de la merveille, même si nous savons que les choses et les êtres, en sont dotés sans limite. Pourquoi donc cette dégradation ou déchéance ? cette absence plus que parfaite des dieux. Et nous faisons comme si ils nous parlaient, alors que le mur est tendu inébranlable devant nous, sauf ces quelques illusions qui se nichent et nous font croire que. Ce ne sont que des coussins confortables pour mieux dormir, des opiacées, ou du shit, des alcool qui nous anesthésient, parce que le réel est terriblement implacable et exigeant. C’est dans cette liberté qu’il est le plus difficile de se maintenir debout, et d’assumer tout. Tiens, comme une figure de proue sur un navire essuie la tempête. Mais où chaque membre d’équipage aussi assume son rôle, du mécano dans les soutes au hunier sur son mât, ce n’est pas de la tarte. Et puis combien parmi nous tombent à la mer ? Combien arrivent au port de départ ?

Alors quoi ? Ce monde ces univers seraient le fait du vide ? du Néant le plus noir, d’une Matière noire d’une énergie aveugle flambeuse des âmes ? incroyable …

Ben non tu vois.

Mais grâce à qui as-tu pu voir ?

Quand même, la terre n’a jamais été jetée entièrement dans le noir le plus complet, il y a toujours eu des veilleurs et porteurs de bougies et parfois des soleils.

Ainsi donc… reprenons le Chemin. Il n’y en a pas cinquante, hein. Ceux du passé, n’éclairent pas ceux du présent, Il se reforme sans cesse devant nous, nous n’avons que cela à accomplir en fait, c’est à dire regagner Ce lui que nous fûmes. Le rachat tout simplement. Au prix qu’il faut. Et ce n’est pas aux épiciers de fixer le prix de votre vie.

Alors, savoir que c’est nous aussi qui donnons vie aux dieux et aux anges. hé si !

Comme si le fait d’être un robot au service allait pouvoir faire vivre un dieu quelconque, hé non ! Il ne veut pas d’ esclaves, il y en a déjà partout. 🙂

 

Sacré

Consacré

Sacré cul

Sacré fumier

Mot sacré

Massacré

Sacré menteur

Sacrement

Quel encrassement dans le moteur

Des Temps

Si Tout n’est pas sacré

La Terre sa Pensée, son Corps, sa Lumière,

Les Hommes qui forment son Cœur

Les bêtes qui firent l’homme

Les arbres qui s’animèrent

les Champignons vénéneux vénérables

Les bactéries qui Œuvrent dans les entrailles

La mort qui rénove les morts

Non tout n’est pas digne du sacré

Les différentes formes de néant par exemple

C’est à dire le rabais

Quand Tout doit tendre vers le Haut

Le léger l’évolué l’espérance vraie

Ou quelques choses comme ça.

Comme du bon pain, des belles chansons, des pièces de théâtre lumineuses et joyeuses, fortes, folles, des actes simples où les gens finalement se reconnaissent, sont empreints de gratitude.

Voyez pourquoi un jour il y eut une séparation, nous avons dû quitter les cieux et oublier, tomber dans ce coma, dans l’épaisseur obscure des mondes inférieurs, nus comme des vers, ayant tout de même des étoiles la nuit  pour nous indiquer combien nous avions perdu. Et donc sur quelle étoile nous posons nos pas pour ne pas nous tromper ?

Rien n’est simple à dire : Si nous sommes libres, c’est parce que nous avons choisi de l’être face à Ce qui nous devança et donc …

Où aller ?

Un

Chaque être est un Tout.

Il ne peut pas être s’il n’est pas un tout, même s’il lui manque tout. Nous respirons, nous buvons, nous urinons, et nous ne pouvons vivre sans exprimer des signaux, ni sans en recevoir. Ce n’est pas parce que nous sommes interdépendants que nous ne sommes pas une totalité, que nous ne sommes pas un dans notre corps et notre âme. Simplement nous n’y sommes pas enclos, nous vivons par le monde et faisons vivre le monde.

La Beauté signifie quelque chose de vrai. Quelque chose de spécifiquement humain, plus qu’animal. Une beauté qui ne serait qu’animale n’aurait pas cette soif de beau, ni de vérité, n’ayant pas conscience de cette beauté à la fois des profondeurs et des hauteurs. De cette Totalité qui lui manque et qui nous sont propres. C’est pourquoi humain, est divin.

Sans cette conscience qui se déroule et l’enveloppe, l’homme est bestial ou méchant, malheureux, il reste enfermé dans sa totalité, seul.

Moi et moi

La réalité augmentée, l’homme augmente en adorant les êtres dont il est tissé. Il peut se voir partout en tout. Les roches, les océans sont en son intériorité. Les hommes et les bêtes lui parlent.

Tandis qu’en greffant sa conscience et ses actes dans la machine, c’est la machine qui gonfle démesurément comme une bulle stupide un robot idiot, et mort, d’où la vie ne peut s’échapper parce qu’elle ne vit plus ses transformations, parce qu’elle perd son passé, sa mémoire, elle est prise dans un présent néant.

Avec ces illusions de communications, que nous imposent les techniques aux mains aveugles. Nous sommes vampirisés, dépossédés, on nous vole nos vies. On est un trou.

Nous aurions perdu notre double ? Cet autre moi, comme si c’était notre Ange ou notre Je, ou Dieu . Comprenez , je ne sais de quel côté il se situe le plus, ici ou au-delà, lequel fait vivre lequel .

Mais l’un sans l’autre, il n’y a pas de vie possible & même si l’un et l’autre sont un seul et même Être, dans leur principe, Il sont sérieusement entamés, séparés, disjoints, désunis, d’où l’excitation, et le malaise, l’incompréhension, la surdité, l’absurdité, la colère et tous ces actes terriblement sinistres qui en découlent du fait des brisures dans l’âme, et du sentiment d’effondrement qui en résulte.

L’âme, serait donc ce Moi et Moi réconcilié, cette dualité apaisée, épousée. Il ne s’agit pas de cet égo surdimensionné qui écrase les autres, bien entendu et au contraire, puisque dans cette reconnaissance il y a inclusion de tous, Une hiérarchie, peut-être mais sans volonté dominatrice. Juste une lumière qui se diffuse et ranime la vie disparue.

C’est uniquement dans la proximité sensible que nous pouvons nous trouver du bien commun. Et nous indiquer d’où Il vient & le faire venir.

Objet vivant ? C’est peut-être ça … luchon 106

La vie sur terre

C’est le titre d’un livre de Baudouin de Bodinat. Pessimiste, mais comment être optimiste ?

Certes le Passé non plus n’est pas glorieux, misères, pauvretés, guerres qui causèrent tant de famines, etc.

Par ailleurs, même si nous vivions moins vieux, nous vivions, par la force des choses. Les villes, villages, les bourgs campagnes et bois étaient peuplés des hommes et de leurs nécessaires activités pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Les moissons, par exemple, exemple tarte à la crème, voyaient les paysans se réunir. Maintenant , un seul homme sur une machine pour récolter, un tracteur au bout du champ, qu’il conduit aussi au grenier. En forêt c’est pareil, un seul bonhomme coupe en un jour des hectares de bois. Maraichage, cuisines industrielles, textiles, téléphonie, tout est englouti par l’appareil industriel, où les individus n’ont plus qu’une part minuscule à accomplir, de l’ingénieur à l’ouvrier, si celui -ci n’est pas remplacé par un automate. Et même l’ingénieur bientôt ?

On poursuit une course étrange. Et sans repos véritable, sauf ces quelques moments de vacances qui passent vite. Et qui sont plus des lieux d’excitation du plaisir que du repos, mais bon …

En gros même le vacancier est un consommateur de l’industrie. Hé, faut faire tourner les avions, les voyagistes, les hôtels, les péages d’autoroute, tout cela , c’est du bizness.

Mais où, aspect positif demeurent encore des festivals et tout ce qui s’y accompagne, enfin, dans la mesure où on peut s’offrir un séjour.

C’est vrai que les anciens ne semblaient pas avoir beaucoup de loisirs. Ni de moyens pour consacrer à la Culture.

Bizarrement pourtant, que de belles Œuvres aussi nous viennent du Passé et que les modernes n’ont rien de supérieur aux anciennes.

Le futur s’annonce sombre si on ne réagit pas. En protégeant la Terre et la Vie sur Terre. Prioritairement aux valeurs.

Comment cela se pourrait si nous ne retrouvons pas en nous l’Unité de l’homme ? unité de l’homme et de la nature, de l’homme et de Dieu sous un autre point de vue.

 

 

N D L haine des ailes

Rien que le titre , des ailes pour l’ouest montre que leurs ailes sont des ailes de monstres, des bouches pour avaler encore plus de pétrole, de gaz de schiste, de métaux, de terres, de temps et de vies au service de cet espèce de démon qui les anime et les dévore d’envies. Et surtout sont-ils marionnettes de forces obscures, creusant des fossés de plus en plus dramatique entre Nous.

Climat, eaux acides, mélanges biologiques des espèces et détérioration des biotopes, paupérisation qui persiste malgré les enfumages des radios des télévisions et des discours des hypocrites.

Pourquoi est-ce ainsi ? parce qu’on demeure prisonniers de notre crédulité et de nos croyances, parce qu’on a littéralement perdu la vie, et que dans ce bal tragique, sans Colombe, tout tend vers sa fin mauvaise, et cela fait ricaner les enfers vengeurs.

Haine de la terre et des êtres vivants, mais amour de soi, et de son cerveau brillant, de l’or et des bijoux, des luxes qui les entourent pour supporter leur misérable condition de mortel et de solitude,

vous savez bien, eux seuls savent aimer et eux seuls souffrent, ont une âme et de l’esprit, ils sont héritiers des couronnes, héritiers des lumières, ils sont pure noblesse, de sang ou acquise à coup de dés.

Ils sont les bénis maudits incompris dans leurs visions des avenirs totaux. Il n’ont aucune peur de mourir ni de tuer, ils sont sans aucune espérance en rien, cyniques jusqu’au bout de leur Cécité,

ainsi que du froid atroce qui les plombe. Emmenant le monde dans leur tombe. Moloch

Alors, ils ne veulent rien entendre, il veulent continuer dans cette impasse des augmentations infinies, au lieu de réduire leurs trains de vie et le fossé qui le sépare des hommes.

Ils ont même des alliés chez les communistes, c’est le comble. Comme quoi la Bête est costaude en plus d’être immonde.