Complot versus

Pourquoi croyez vous que se met en place une telle dictature à l’échelle mondiale ? Une telle police de la pensée, et des mœurs, tous ces déploiements de force qui se mettent en ordre de marche ? Ce n’est qu’un plan visant à soumettre le monde entier. À quoi donc les seigneurs veulent-ils que nous obéissions ? Qui sont ces princes et maîtres et du monde ? C’est sans importance de savoir qui ils sont, ils sont légions. Ce sont des murs fermant tous les horizons possibles, des gardiens de prison, empruntant tous les habits du pouvoir. S’il y eut Pharaon, c’est parce qu’il y eut Moise, et un peuple enchaîné à la loi de pharaon. Croyez vous que Moise ou Jésus, ou Zoroastre ou Quetzalcóatl ne vinrent sur terre que pour des chiens ? Croyez vous que les messies et prophètes ne vinrent que pour apporter aux hommes leurs pitances ou leur apporter le revenu universel, ou les diriger dans leurs affaires et leurs commerces ? Ce totalitarisme qui se met en place, cette machine infernale qui terrorise et oblige les gens à se taire, à se masquer et se cacher, à ne plus pouvoir émettre le moindre amour, ni en recevoir, à ne plus pouvoir se poser la moindre question sur la mort, ou sur le destin, sur le sens de notre existence et pire, sur la magie naturelle et magie existentielle entre nos mains et dans notre esprit, ce qui fait que nous sommes dans une pauvreté extrême, livrés à toutes ces atrocités.
Avez vous donc oublié les guérisseurs ? Les sourciers ? Les devins et les voyantes ? Les enchanteurs et les conteurs ? La télépathie et transmission de pensée ? Tous ces pouvoirs qu’on dit surnaturels, mais qui sont humainement naturels.
Vous avez tous des dons, et la machine infernale voudrait que nous perdions tous nos moyens pour que nous nous soumettions à ses injonctions et ses vérités séculaires. Ses constructions de pyramides et de palais, ses fusées allant nulle part.
Le terrorisme idéologique est en train de tout démolir de la nature et de la terre. De l’espoir et du bonheur, de l’humain tout simplement.
Si demain, les puissances décident de couper le fil d’internet, comment allez vous pouvoir communiquer, vous n’aurez plus ni téléphone, ni mail, ni aucune ressource pour pourvoir vivre, vous serez définitivement prisonnier obligés d’aller leur mendier et manger dans la main de vos maîtres, comme des chiens.

C’est pourquoi je dis qu’il y a un complot, sans présumer de ceux qui le fabriquent. D’ailleurs, vous noterez que pour qu’il soit qualifié de complot il est difficile à démasquer et à désigner qui est derrière tout cela. Ça n’a aucune importance que ce soit Pierre ou Paul, Jacques ou Jean.
De même ce qui vient nous ouvrir la porte n’a pas d’importance. L’important est d’ouvrir la porte et nous délivrer des maux qui nous accablent, afin que nous puissions encore avoir le choix de notre vie.

Le complot , c’est un plan des hommes, contraire et en guerre face aux plans de Dieu. (appelez dieu, hasard, destin , fatalité , peu importe)
C’est pourquoi nous complotons tous sans le savoir. Par passivité, inertie, complice malgré nous, avec toutes nos concessions à la machine, pour gagner nos salaires que nous croyons juste, et sans réellement savoir ce que nous faisons.

Certains parmi nous complotent plus que d’autres, dans les manipulations et les postes qu’ils occupent dans la hiérarchie. Dans la conception et fabrication du monde orwellien qui est là désormais. Nous allons avoir du mal pour nous délivrer de cet horrible piège.

Exister. Réponse à Alexandre

Un scientifique affirme que Dieu n’existe pas. Un autre que la Nature n’existe pas. Ils affirment par là leur position, sans plus.
Mettons que Dieu n’existe pas, voyons ce que cela signifie.
D’abord, que veut dire exister ? Exister, se manifester, être présent parmi les choses et objets divers, être visible et constatable au sein des phénomènes, de la même façon que nous paraissons, de façon semblable, exister comme un acteur sur la scène du monde. Effectivement rien dans ce monde ne semble avoir d’existence définie, ou définitive. On ne constate que du fuyant, de l’éphémère, du mouvement. Alors qu’exister voudrait affirmer le contraire, comme une pétrification de la chose donc saisissable, conceptuellement arrêtée.

Ensuite Dieu, nommé ainsi. Que couvre ce mot, plus exactement le Nom propre, comme Jules, ou Jean. A priori, personne ne s’appelle Dieu. Sauf ceux qui empruntent ce pseudonyme sur les réseaux sociaux, ou pour blaguer, par prétention, ou alors si c’est dit sérieusement, si un homme se qualifie de dieu ( minuscule), c’est osé. Et cela n’a pas le même sens avec ou sans majuscule.

Comment savoir dans l’affirmation du scientifique s’il s’agit d’un D ou d’un d ? Vu que c’est par ce mot que l’affirmation est écrite.
Dire « Dieu n’existe pas » est foncièrement différent de « dieu n’existe pas ».
Mettons, pour commencer, dieu avec une minuscule. Ce mot d’usage courant est porteur de sens intelligible. État transcendant d’un être, permanence, immortalité, créateur de lui-même, ayant toujours été. On peut évidemment réfuter que ces qualités puissent exister de façon absolue, mais plus difficilement de façon relative. Chaque homme doté de conscience se sent doué de ces vertus naturelles, au sein des bornes de son existence. Depuis que je suis né, j’ai toujours été. Je me crée chaque jour une part de moi, je ne meurs pas, je reste là, à la même place, et parfois je transcende mon état.
Bon, dieu a du sens et de l’existence, si on le prend, l’accepte dans ce sens là.
Maintenant, qu’en est-il au niveau supérieur ainsi nommé Dieu ? Si c’est l’assemblage de toutes les qualités divines présentes partout, manifestées partout inimaginables et innombrables, on peut encore concevoir cette dimension d’être assez pharamineux, étendu dans tous les horizons possibles de la nature et du cosmos : Je ne suis pas le seul à être dieu, ce serait le signe de mon insignifiance. Par conséquent Dieu se conçoit comme l’agrégation de tous les dieux, ou toutes ces qualités fabuleuses ce qui le qualifient, le font vivre, ou le vivent.  C’est l’idée que Dieu est la somme de tous les dieux. C’est à dire de tous ceux qui œuvrent dans leurs créations respectives, dans les qualités transcendantes, qui pérennisent, etc. tendent vers une unification en eux et hors d’eux, d’un Dieu en personne, puisque les qualités (dieu) des petits dieux que nous sommes n’est pas séparé de notre personne. Nous nous identifions au dieu que nous créons en nous-mêmes. Si j’existe, si tu existes, de même que le Nous, cela fonde l’assemblée de tous ces sujets, c’est un Sujet plus grand. De la qualité, on est passé à l’identité. Tout ça si tout est respecté, si rien n’est faux, menteur ou fondé sur des intentions plus ou moins troubles, cachant des intentions d’autre chose qui nous posséderait à notre insu.

Dire « Dieu n’existe » pas revient en fait à tout s’autoriser. De même que dire « la Nature n’existe pas » . Au nom de ces postulats, Tout est possible, tout création artificielle est possible, et permise. Il n’y a aucun interdit.
En vérité, derrière ces mots se cache la volonté de puissance infinie d’un Dieu… impuissant.
Volonté d’omniscience et d’omnipotence. Volonté de transcendance, qui procède d’une chute ou de quelque chose de perdu. Comme Alexandre qui cache le soleil à Diogène pour que celui-ci se révèle.

Mais en fait on peut affirmer que Dieu n’existe pas, sans que cela soit faux. Il n’existe pas dans notre monde, il n’a pas trop envie, ni besoin d’exister en ce monde, ou en ces mondes, il s’est abstrait de tous les mondes. Il est d’une autre existence, de celle qu’on peut peut-être nommer essence, et peut-être d’un rien où lui seul peut et sait se Tenir. Là, il est mort, donc immortel, éternel. Mais il s’est délivré de Toute existence. Il n’existe pas.

Un jour, j’écrivais le contraire : « Dieu n’existe pas, Il existe. » Elle aussi elle existe.
Des formules contradictoires disent des vérités similaires.

Tout ceci n’aurait pas grande importance si nous savions faire vivre en nous quelque chose qui nous élève et nous sort de ces situations mauvaises où nous nous débattons en vain. On respirerait alors les essences fameuses des bienheureuses et bienheureux. On changerait de postulat dans ces ensembles des sciences. Ou de paradigme. Mais qui nous autorisera ?

Trop drôle, ces gens s’autorisent tout mais n’autorisent pas Dieu à exister. Il faudra compter sur nos seules capacités à lui rendre son existence. Si vous savez comment …