Toujours remettre les pendules à l’heure

Il n’y a pas d’autre moyen pour se sortir d’une mauvaise situation, ou même d’une catastrophe en cours qu’en le disant, puis en agissant en connaissance de cause, s’y conformer sans mentir.

Comme les mots, les définitions sont importantes, les notions de patrie, de nation, de nature, ou de progrès, de justice, voir ce que toute cela recouvre ou cache, voir ce qui différencie les hommes, et les pouvoirs.

C’est vraiment étonnant, depuis des millénaires nous sommes sous emprise de forces, de tyrannies diverses qui ont systématiquement rendus les hommes esclaves, et misérables. Rien n’a fondamentalement changé sauf dans la forme que cela a pris, mais le fond est quasiment le même.

Les arguments sur la durée de vie ne sont pas valables, pour la simple raison que la vie d’un papillon est brève mais il vit sa vie entièrement, tandis qu’une vie longue où l’on serait dépossédé de soi-même est littéralement absurde.

Tout le monde écrit ou dit qu’il y a un effet de balance entre l’individu et le collectif, entre le singulier et le multiple, nous ne sommes pas exclusivement le fruit d’un tout, si le tout n’est pas le fruit de ce que nous pouvons être.

De temps en temps, un homme sort du rang et énonce des vérités – relatives comme tous nos énoncés – mais qui sont totalement , radicalement salvatrices en ce qui concerne le domaine où les mots s’appliquent .

Pourquoi cela ? Parce que nombre de sièges occupés le sont par des gens n’ayant aucune conscience de ce qu’ils font, ils dorment, ou profitent de leur position, ils sont désabusés par la machine, mais en tous cas, il sont plutôt inutiles, voire nuisibles.

Le nuisible joue un rôle, mais néfaste. Il est peut-être temps que nous jouions notre rôle faste ? Comment ce jeu pourrait se faire si nous sommes en hostilité dans l’Esprit ? Dans l’esprit qui doit être fraternel et n’exclure personne même nos ennemis.

Si on nous a dit d’aimer nos ennemis, aimer n’est pas rejeter, exclure, bannir, humilier

Aimer doit être porteur de lumière, sinon cet amour est de la haine. Amour qui s’enferme en enfermant. Voici donc le monsieur pour lequel je vais donner ma voix afin qu’il soit Président de la République,  de la France. Il dit juste, il aime les français, il est patriote, mais aussi il est humain , terrien, il n’enferme pas le français dans une race ou couleur de peau. Il ne met pas sa personne en avant, mais en principe, s’il respecte ses engagements, il va refuser certaines choses mondiales, et autoriser d’autres.

Il dépasse largement les clivages actuels abjects et horreurs de ces riches qui ne savent plus quoi faire pour rester riches et des pauvres qui n’ont plus aucun choix, et sont comme les esclaves de tous les temps.

Bref, les deux classes sont toutes deux esclaves. Et leur pauvreté est spirituelle, donc réelle.

Si vous avez l’oreille vous entendrez des accents connus, le timbre, le ton, c’est beaucoup, c’est émouvant, et comment allons faire si nous n’éprouvons aucune émotion, si les voix des discoureurs nous écœurent ?

Lettre à des amis comédiens : » Trop de tout, pas assez du reste »

Chers amis,

Ce n’est pas tout à fait par hasard si je m’oppose à cet aéroport, symbole d’une expansion sans frein. Dans quel monde veut-on vivre ?

Dès qu’on étudie ce qui se passe, on est sidéré.

Par l’état des sols, appauvris par la chimie organique, par l’état des plantes qui sont fortement carencées et donnent des fruits sans saveur, des fruits ayant l’air sains mais qui sont des poisons, sidéré aussi par l’ambiance radioactive dans laquelle on va devoir s’adapter donc subir une existence de malade permanent, sous contrôle médical. Je passe sur l’état des océans, une vraie poubelle, l’état de l’air et du réchauffement.

Également écœuré par cette course en avant qui sert les intérêts des rentiers mais jette les jeunes, disons certains jeunes n’ayant pas les dents longues, ceux qui ont encore conservé une sorte d’idéal, d’espoir en quelques relations vivantes et sincères, contrairement aux contraintes professionnelles qui sont biaisées et où l’on doit se soumettre à la loi absurde des groupes et de leurs appétits.

Quand j’étais jeune, je travaillais à la rédaction sportive de Ouest-France, mais dans mes moments libres, je ne causais jamais foot ou sport, je lisais ma philo, tu parles on m’a jeté … voilà, il faut faire semblant d’accepter cette loi du monde même si elle est stupide.

Tout est ainsi, tout est menteur, malhonnête. Avec l’âge arrivent les désillusions, mais il est trop tard. Alors on impose son ordre de vieux mais tout ceci est morbide.

 

Mais je ne dis pas non plus que les jeunes ont raison face aux anciens. Je dis qu’il y a eu un grave défaut dans les enseignements qui sont non seulement des paroles exercées mais des actes. Les leçons sont moins dans la bouche que dans le vécu en principe.

Où sont liberté égalité fraternité ? Tout ça vous le savez, mais quelle réponse donner au monde par conséquent qui pourrait améliorer la situation globale et ne pas subir ces lois infectes des finances, des puissances militaires qui extermineraient les hommes si on leur en donne l’ordre, de même ces lois morales aveugles qui génèrent des actions et immoralismes décadents.

 

Bref, le naufrage de l’humanité est possible. Comme le Titanic réputé insubmersible.

 

Il n’y a pas trop de monde sur Terre. Mais il y a trop d’inutiles. Là, je reprends ce que disait G.Bataille : «Nul n’a jamais réussi à me montrer ce que signifiait L’utilité.»

 

Voyez, j’ai l’impression que le monde sert plutôt le démon que Dieu, en vérité. Tout ceci par inconscience, beaucoup plus que par méchanceté à proprement dit, et par ignorance autant que par foi.

 

Tenez, il y a un auteur russe vivant en France au début du 20 ème qui a écrit « nous autres », livre visionnaire sur la séparation entre vielle et ruralité devenue sauvage pauvre et aussi malheureuse que les citadins sous surveillance constante, etc. Un monde artificiel, livre qui a inspiré A.Huxley et G.Orwell, sans parler des auteurs de cinéma.

 

C’est pour cela, ces raisons, des opinions si vous voulez, qu’il faut juste remettre la Bête à sa place.

Qu’elle voit que tout ne lui est pas permis.

 

Amitiés

Eric

N D L haine des ailes

Rien que le titre , des ailes pour l’ouest montre que leurs ailes sont des ailes de monstres, des bouches pour avaler encore plus de pétrole, de gaz de schiste, de métaux, de terres, de temps et de vies au service de cet espèce de démon qui les anime et les dévore d’envies. Et surtout sont-ils marionnettes de forces obscures, creusant des fossés de plus en plus dramatique entre Nous.

Climat, eaux acides, mélanges biologiques des espèces et détérioration des biotopes, paupérisation qui persiste malgré les enfumages des radios des télévisions et des discours des hypocrites.

Pourquoi est-ce ainsi ? parce qu’on demeure prisonniers de notre crédulité et de nos croyances, parce qu’on a littéralement perdu la vie, et que dans ce bal tragique, sans Colombe, tout tend vers sa fin mauvaise, et cela fait ricaner les enfers vengeurs.

Haine de la terre et des êtres vivants, mais amour de soi, et de son cerveau brillant, de l’or et des bijoux, des luxes qui les entourent pour supporter leur misérable condition de mortel et de solitude,

vous savez bien, eux seuls savent aimer et eux seuls souffrent, ont une âme et de l’esprit, ils sont héritiers des couronnes, héritiers des lumières, ils sont pure noblesse, de sang ou acquise à coup de dés.

Ils sont les bénis maudits incompris dans leurs visions des avenirs totaux. Il n’ont aucune peur de mourir ni de tuer, ils sont sans aucune espérance en rien, cyniques jusqu’au bout de leur Cécité,

ainsi que du froid atroce qui les plombe. Emmenant le monde dans leur tombe. Moloch

Alors, ils ne veulent rien entendre, il veulent continuer dans cette impasse des augmentations infinies, au lieu de réduire leurs trains de vie et le fossé qui le sépare des hommes.

Ils ont même des alliés chez les communistes, c’est le comble. Comme quoi la Bête est costaude en plus d’être immonde.