Tout de même, ce n’est pas rien

On peut essayer de se pencher sur rien, un peu partout, sans y trouver rien du tout.

Rien que le temps de le dire, il n’y a plus rien, tout est déjà disparu, et rien de nouveau n’arrive. Ce qui fait que tout ce qui se passe se dissout de façon inexorable dans quelque chose d’assez inconsistant, comme si ce n’était qu’une affaire de mémoire, de souvenir, d’images fuyantes, comme un rêve étrange.

En somme le Nihil … non … pas le Nil … n’est pas tranquille. Il serait assez inquiétant surtout si on tombe dedans. Imaginez, vous tombez dedans, vous aurez du mal à vous souvenir du moment où vous êtes tombés, enfin, je suppose qu’il en est ainsi, du fait qu’à partir de rien vous ne pourrez effectivement penser quelque chose, ce qui fait que ce quelque chose se dissout aussi dans le rien. Rien de nouveau dans ce que je dis là. Nous n’apportons pas grand chose en fait à la totalité. Qui a fait le tour bien avant nous.

Bon, ça c’est un point de vue. Maintenant, si nous partons d’ici, ce qui est plus raisonnable, plutôt que de partir de rien, nous cherchons les bords ou les limites, qui se repoussent à l’infini, ou disons au plus loin qu’il nous est possible de le penser. Si nous croyons qu’au-delà, il n’y a rien, dans n’importe quelle direction où notre pensée ou contemplation nous donne à moudre, nous tombons encore sur un truc impossible, à savoir que si la limite est rien, on peut se demander comment un rien peut limiter quelque chose, clore les univers, par exemples. Ce rien rend les univers sans limite. Mais paradoxalement, c’est l’infini qui limite tout ce qui s’y trouve inclus.

Comment s’échapper d’une prison qui n’a pas de limite ?

Y a ça, encore , comme truc étrange au sein de notre condition d’observateur du temps, en l’isolant de l’espace, même si c’est faux, pratiquement faux. Entre le passé et le futur, si nous n’y étions pas, il nous semble qu’il n’y aurait rien qui les relie. Le Présent serait Rien non plus. C’est donc idiot de dire que si nous n’étions pas là, il n’y aurait rien.

Mais alors pourquoi sommes-nous là, si ce n’est pas afin qu’il y ait quelque chose

Et quelque chose qui fasse de nous autre chose que rien ? de pas trop vain, quoi 🙂

 

Publicités